Home » Actualités » Déneigement 2 : La volonté de diviser la population

Déneigement 2 : La volonté de diviser la population

Posté dans : Actualités, Experience | 1

Bonjour à tous,

Suite à notre premier article sur le déneigement, la mairie a décidé de nous envoyer une réponse par mail, ainsi qu’aux administrés. Vous pouvez en consulter la version PDF (Réponse du Maire d’Issarlès), et le transcrit ci-dessous avec réponses à l’intérieur, et à la suite un communiqué officiel de l’association.


Réponse à l’article du 21 janvier 2017

Madame, Monsieur,
Suite à l’article déposé sur le blog de l’Association de Défense du Plateau d’ISSARLES ( association contre le projet éolien de la commune d’Issarlès ) concernant le déneigement, je souhaite revenir sur plusieurs points évoqués .

Pourquoi une partie de chemin n’est pas déneigée ?

Avant l’hiver, le maire d’ISSARLES avait décidé de laisser une portion du chemin de La Lèche non déneigée en le signalant par deux panneaux pour les raisons suivantes :

  1. Parce ce que les habitants de La Lèche circulent par Cuberteyrade par une route goudronnée facile d’utilisation et d’entretien .
  2. Parce que les habitants de La Marque, déneigés par Le Béage circulent par la voie donnant accès à leur village via le Col du Chabanis .
  3. Parce que cette partie est un chemin de terre très difficile à déneiger où la formation de congères est importante en limite de la forêt du Bès .
  4. Cette partie ne sera pas endommagée par le passage des engins ; le chemin est très sensible en période dégel . Les frais de réparation seront réduits et comme le dit la seconde adjointe : « Il n’y a pas de petites économies » .

On soulignera le fait que cette portion a toujours été déneigée, jusqu’à ce que les habitants qui l’utilisent aient dû s’opposer au projet d’éoliennes industrielles que la commune a décidé de lancer sur ce secteur. Pour ce qui est des petites économies, on aurait pu choisir d’éteindre l’éclairage public dans des hameaux inhabités, installer en amont du vent des barrières de bois pour limiter les congères, ce qui aurait eu le double effet de limiter le coût de déneigement et de faire marcher les scieries du village, ou encore d’éviter d’engager des frais chez les géomètres, huissiers et avocats pour des problèmes qu’on aurait pu régler à l’amiable.

Ne cherchant pas à savoir dans quel intérêt cette décision a été prise, des plaintes pour le moins surprenantes, n’ont tardé de se faire entendre . Comme celle de M. et Mme D’AUZAC résidant sur la commune du Béage qui utilisent la portion déneigée du chemin d’Issarlès pour avoir accès à leur village . Ils se plaignent qu’en hiver leur trajet pour se rendre au travail s’allonge de 18 km . Pour réduire les temps de déplacement, il ne faut pas s’installer en zone semi-désertique . Par ailleurs, il existe une sortie plus courte par Mazaboulet .

Saurez-vous trouver la route dont parle M. le Maire ?
Saurez-vous trouver la route vers Mazaboulet dont parle M. le Maire ?

Peut-être que dans l’ordre des choses, la mairie aurait pu expliquer aux habitants pourquoi du jour au lendemain, on décide de ne plus déneiger cette voie, voir carrément de le justifier par un arrêté municipal. Quant à la zone semi-désertique, le Béage, les habitants du Chabanis, qui sont sur un axe routier départemental au moins aussi important qu’Issarlès, apprécieront. Quant à la sortie par Mazaboulet, il en existait une effectivement il y a quelques générations, à l’époque où les gens venaient avec leurs chevaux ou leurs boeufs, mais il ne reste même pas une draille aujourd’hui, et elle s’arrête bien avant la propriété de La Marque.

Quant à la procédure à l’encontre de M. Cyril TESTUD, elle n’a rien à voir avec le projet éolien . Il occupe illégalement du terrain communal, clôture des drailles, y entrepose du matériel, y plante des patates et se permet même le luxe de détruire les murailles entre le domaine public et sa propriété . Le déneigement est au second plan puisque la commune d’Issarlès n’a jamais déneigé ce chemin . Tout ceci est fait dans le but de discréditer la municipalité et faire parler de l’association .

Alors que les lettres d’avocats continuent d’affluer, le terrain communal a été libéré il y a plus de deux mois, le matériel et les balles ont été enlevés, et toute personne ici sait bien que les patates ne sont plus au champ à cette époque de l’année. La municipalité n’a pas besoin de notre aide pour se discréditer.

Une question de légalité

La piste de Lachamp de La Lèche a été conçue et financée en partie par la Caisse d’Epargne gestionnaire de la forêt du Bès à l’époque pour l’exploitation forestière et agricole . Cette piste d’exploitation à caractère de chemin n’est pas inscrite au tableau de classement de la voirie communale et ne fait pas partie de l’itinéraire de déneigement .

C’est juste, mais elle était toutefois le seul itinéraire ouvert permettant d’accéder au hameau des Combes depuis Issarlès, et permettant au chasse-neige d’Issarlès de déneiger la voie communale qui ouvre les Combes  (à moins de passer par le Taulin, c’est à dire déneiger 5 km), on notera que la mairie a choisi de la fermer sans mettre en place une convention de déneigement avec Le Béage pour la route des Combes – ce serait en cours, peut-être approuvé avant la fin de l’hiver ?

Quant à la rumeur sur la mauvaise volonté de la Mairie pour déneiger M. CLERC aux Combes, il faut lui rappeler qu’il n’a pas plus souffert du déneigement que ses voisins de La Marque dont Le Béage assure l’entretien . Ils ont été déneigés le même jour .

Pour M. le Maire, cette route est déneigée.
Pour M. le Maire, cette route est déneigée.

M. le maire, a demandé expressément à ce que le hameau des Combes soit déneigé à l’étrave, après avoir dit à M. CLERC quelques jours auparavant que c’était impossible, il n’a pas pris la peine de vérifier que le déneigement fût fait, et a même ignoré les demandes de ce dernier pour être déneigé. Il n’y a qu’à voir la photo, prise le jour-même ou M. le maire prétendait que cette route était déneigée depuis 5 jours. Cette route restera bloquée plus de 10 jours, la mairie faisant la sourde oreille aux demandes de déneigement.

Il est néanmoins difficile d’accéder aux Combes lorsque les conditions climatiques sont mauvaises mais M. CLERC était prévenu dès son arrivée qu’il ne serait pas ouvert tous les jours vu son isolement ; chose qui ne semblait pas lui poser de problème à l’époque .
A ce jour, il est informé qu’un appartement est à sa disposition gratuitement au Mont en cas de mauvais temps ( eau, électricité et assurance restant à la charge de M. CLERC ) . La décision lui appartient .

Effectivement, M. CLERC a reçu une offre pour être relogé au Mont, sans plus de détail, la mairie proposait donc un logement sans eau, sans électricité et sans assurance, et libre à M. CLERC de prendre ces abonnements et d’organiser son déménagement dans des congères d’un mètre et sans véhicule.

Le chasse-neige, comme depuis toujours et afin d’éviter les cumuls de neige, déneige la voie goudronnée de Planèze qui donne accès à deux maisons secondaires . Les administrés du plateau, peu occupés et déneigés ce jour-là, n’ont pas perdu un instant de la chose .

Quant au cumul de neige dans une résidence principale ? Il ne semble pas avoir la même importance que 2 résidences secondaires inhabitées en hiver.

En conclusion, la portion du chemin de Lachamp de La Lèche n’est pas ouverte car nos néo-ruraux peuvent circuler dans de bonnes conditions . En cas d’urgence, il leur est préconisé, de toute évidence, d’indiquer aux secours l’itinéraire carrossable à emprunter .

En tant que néo-ruraux, nous suggérons la voie des airs pour le hameau des Combes si une urgence médical intervient, mais n’est-ce pas à la mairie d’informer les services départementaux sur l’état d’ouverture du réseau routier ?

Suite à la remarque de M. CLERC: si parc éolien il y a, EDF EN s’occupera d’organiser et de financer le déneigement de ses infrastructures . Mais ne serait-ce pas là la raison de tout ce remue-ménage ?

Pour corriger, la remarque venait de M. Laurent MOULIN : « Ah ça, quand il y aura les éoliennes, il y aura moins de monde à déneiger. »

 

Un tas de neige vu comme un tas de poudre pour allumer la mairie

En ce qui concerne les tas de neige sur le chemin, l’un a été créé par l’opération de déneigement de l’accès à La Lèche, l’autre a été mis en place préventivement afin d’éviter aux automobilistes de s’engager sur cette section non-déneigée . Aucun tas de neige n’a été fait sur la propriété privée de M. et Mme D’AUZAC .

Les gendarmes sont venus constater, nous verrons la suite de cette affaire.

 

L’hiver est rude, on le savait, rien d’étonnant

Habiter sur Issarlès n’est pas facile tous les jours surtout en hiver . Ce n’est pas le premier à être difficile, ce n’est pas non plus le plus rude . Qui de mieux que les gens de souche, natifs du plateau ardéchois peuvent parler de cette saison . A l’époque, ces problèmes auraient paru minimes quand les hommes et surtout les femmes devaient faire des kilomètres dans la burle pour livrer des bidons remplis de lait au laitier et se ravitailler . Ces gens savaient s’organiser et faisaient des provisions pour ne pas être pris au dépourvu .
A l’heure ou internet n’était pas encore apparu pour propager la zizanie, la solidarité existait et on pouvait compter sur son voisin .

A tous les néo-ruraux, il faudra beaucoup de courage pour s’habituer aux hivers à Issarlès .

Ah le XIXème, quelle époque merveilleuse où les « gens de souche » savaient vivre et ne se plaignaient pas, et où l’espérance de vie était autour de 50 ans. Qui n’est pas nostalgique de cette époque!

On notera d’abord que le maire se plaint de la disparition de la solidarité entre voisins, et que c’était mieux avant internet qui ne sert qu’à propager la zizanie (puis à rétablir certaines vérités aussi), et ensuite comment la mairie essaye d’opposer les « natifs » aux « néoruraux ».

Enfin, pour des gens bien (mieux!) placés pour parler de l’hiver, mettre en place une convention de déneigement en réaction aux difficultés du climat au mois de février ne nous parait pas très sérieux.

 

L’Association anti-éolienne ou la volonté de critiquer et dénigrer

D’autres associations existent à Issarlès et font vivre le village . Les opposants au projet éolien s’excluent de tout pour de mauvaises raisons et préfèrent entretenir la rumeur . Ils critiquent tout en se faisant passer pour ceux qui assurent l’entretien de leur plateau : ils parlent d’avoir rénové le chemin de Lachamp de La Lèche alors que leur participation est évaluée à environ 2 heures sur trois jours de travail accompli . Quelle hypocrisie

Pour rappel, cette route fut entretenue tous les printemps depuis des années, cette année, devant le refus de la mairie, les habitants qui utilisent ce chemin ont dû multiplier les demandes, articles de presse et déposer une pétition pour que l’entretien de cette route continue, et allant jusqu’à manier la pelle eux-mêmes pour étaler le gravier, sans compter leurs heures mais effectivement sur 3 après-midi.

 

Un projet d’acier contre une association de fer

Le Conseil Municipal de la commune d’Issarlès a adopté le projet éolien a une très large majorité ( seulement 2 votes contre ) . En conséquence et malgré toutes les attaques, le projet éolien se poursuivra .

Aussi fort que cela puisse paraître à M. THEVENON, un grand nombre de personnes de la commune d’Issarlès m’ont manifesté leur engouement et leur enthousiasme pour le lancement de ce projet industriel qui est une opportunité pour notre petite commune .

En effet, les retombées financières sont estimées entre 60 000 € et 80 000 € par an pour la commune . Ainsi, sans demander un centime au contribuable, c’est l’ensemble de la voirie communale ( environ 15 km ) qui peut être remise à neuf en 5 ans .

Il faut prendre le train quand il passe, après c’est trop tard .

Nous sommes ravis d’offrir la possibilité à la mairie de s’exprimer sur le sujet en réaction à nos critiques sur le déneigement, mais nous pensons que toutes ces bonnes nouvelles devraient être annoncées lors d’une réunion publique sur le sujet, comme le demande notre association depuis plus d’un an.

Vous pourriez par exemple en profiter pour corriger ce qui a été dit aux agriculteurs : qu’une éolienne c’était 100 à 200m² en moins sur un terrain, alors que la réalité est 20 fois plus importante, et que c’est mentionné dans la promesse de bail que vous avez voté – si tout le monde l’a lu, personne n’a su corriger ce point.

Ou encore expliquer aux administrés comment, partant de 50 000€, vous prétendez aujourd’hui pouvoir obtenir 60 000€ à 80 000€, et comment vous avez signé une promesse de bail emphytéotique engageant la commune et toutes les communes voisines pendant 40 ans minimum, sans même connaitre le montant final que touchera la commune. Nous pourrons alors comparer ce montant à la perte sur le patrimoine des riverains, mais aussi sur les terrains agricoles et donc les subventions des agriculteurs, ou sur les gênes réelles des travaux d’installation et de raccordement.

 

Conclusion

Tout compte fait, 4 personnes qui ont acheté des biens au rabais dans les endroits les plus improbables de la commune se plaignent du déneigement . Il faut bien rappeler que tous les locaux ont quitté ces lieux-dits il y a bien longtemps . Malgré tout, M et Mme RODRIGUEZ de Pierre-Froide et M THEVENON de la Lèche sont déneigés tous
les jours matin et soir . M. CLERC des Combes est celui qui coûte le plus cher à la collectivité avec une proposition de relogement en cas de coup dur .

Ah ces « néo-ruraux » dans leurs « biens au rabais qui vivent sur une route non entretenue, non déneigée, sans éclairage, sans ramassage d’ordure, et qui arrivent malgré tout à coûter plus cher qu’un autre habitant! Doit-on vous rappeler que nous payons taxes et impôts divers, faisons également travailler les commerçants et artisans, et jouissons des mêmes droits que les autres habitants ?

Pour M. et Mme D’AUZAC de la Marque, que tous les Saints accompagnent la commune du BEAGE dans ses interventions .

Espérant que ce texte vous aura éclairé en rétablissant quelques vérités dures à entendre pour certains .

Merci d’avoir pris le temps de me lire .

Michel TESTUD
Maire d’ISSARLES

M. le Maire continue de s’appliquer à opposer les « locaux », ou « natifs du plateau », ou encore « gens de souche », aux « néo-ruraux », qualifiés différemment en privé, dans une dernière tentative de nous isoler face à un rassemblement des riverains, qu’ils soient nés ici ou qu’ils s’y soient installés pour l’amour du pays?

Nous vous remercions pour avoir rétabli toutes ces vérités, merci pour votre lumière, qu’elle guide les saints du déneigement et tous les autres.


 

Communiqué de l’Association en synthèse :

Mr le Maire D’ISSARLES et son Conseil Municipal

LETTRE OUVERTE A LA POPULATION

Le 5/02/2017

Monsieur le Maire,

La lecture de votre réponse au blog de l’Association appelle à développer de notre part quelques commentaires.

L’opinion publique est aujourd’hui parfaitement consciente que Mr le Maire d’ISSARLES veut, par la réalisation de son projet éolien, marquer de son empreinte, et, à vie, l’histoire de notre village (40 ans d’exploitation, renouvelables…) DEFI MAJEUR, que l’on en juge , par les conséquences :

  • Disparition, par spoliation de leurs terres, des activités agricoles du plateau de la Lèche (72 ha). Des machines industrielles de 140m de haut prenant la place des troupeaux de vaches et de moutons sur des terres classées AOP Fin Gras du Mézenc.
  • Atteintes aux exploitations agricoles de 4, voire 6 agriculteurs contestant juridiquement leurs droits immémoriaux d’exploitation sur près de 25 ha de terres de pâture.
  • Destruction de l’environnement paysager en pleine vue du Mézenc. (L’association de Protection des Paysages du Mézenc forte de centaines de membres et sympathisants étant « Vent debout contre ce projet »)
  • Impact catastrophique à l’encontre des riverains du projet : 14 habitations dans un rayon de 500m et 25 dans un rayon de 1000m. Tous ces habitants verraient la valeur de leur patrimoine immobilier réduite à néant ou très largement amputée. Le chiffrage économique de cette perte financière s’élèverait à plus de 2 millions d’Euros . Alors quand Mr le Maire nous parle de retombées financières au profit de la Commune on ne peut que s’insurger contre une affirmation aussi peu crédible puisque par la simple décision de quelques conseillers municipaux non impactés par le projet on ponctionnerait immédiatement dans leur poche de contribuables les 40 années de reversement de loyers espérés.
  • Mr le Maire, la gestion économique d’une commune et de leurs habitants est quelque chose de sérieux et ne peut être traitée sur un coin de table comme vous l’avez fait jusqu’alors au sujet de ce projet pour lequel manifestement vous n’avez pas mesuré les impacts économiques et environnementaux.
  • Nuisances, de surcroît, : acoustiques, visuelles par les flashs lumineux, etc, à supporter pendant toute leur vie à des habitants déjà ruinés et s’appliquant à un vaste territoire désertés des activités touristiques (l’hébergement touristique des Yourtes des Hauts Plateaux qui accueille chaque année des centaines de touristes étant voué à la disparition, avec toute autre activité touristique que la commune ou les habitants auraient pu développer)

Pareil Bilan marquerait DEFINITIVEMENT Le village et ses territoires. Mais, pour paraphraser Mr le Maire, sachez que l’association de fer, titre, dont vous nous affublez , entend bien s’opposer par son moral d’acier à ceux qui « s’ils aimaient vraiment leur pays, n’auraient même pas dû , avoir l’idée d’un pareil projet »

A propos des autres sujets polémiques (déneigement, procédure à l’encontre de Cyril TESTUD, biens achetés au rabais par 4 habitants, nous n’entrerons pas dans un débat stérile sinon pour vous rappeler :

  • Que l’enneigement et l’obstruction VOLONTAIRE constatée par plus d’une dizaine d’usagers (une barrière de neige de 2m de haut sur 2m d’épaisseur et sur toute la largeur du chemin ) ont fait l’objet d’une plainte des habitants à la gendarmerie.
  • Que le mauvais procès à l’encontre de Cyril TESTUD est la preuve de l’acharnement et des représailles de Mr le Maire à son encontre puisque le muret en pierre de séparation avec sa propriété ainsi que l’occupation par des ballots de foin de quelques dizaines de m2 sur une draille inculte et à l’abandon ont été remis dans l’état initial depuis près de 2 mois à ce jour.
  • Que les « locaux », tous anciens agriculteurs et natifs du pays, n’ont eu qu’à se féliciter d’avoir trouvé dans des « néo-ruraux » les repreneurs de ruines ou maisons à l’abandon , que ceux-ci ont revitalisées en investissant des centaines de milliers d’Euros dans leur rénovation, et ce au profit des artisans et marchands de matériaux locaux.
  • Qu’internet ne propage pas la « zizanie » comme le déclare Mr l e Maire, mais la solidarité, puisque c’est grâce à celle des agriculteurs que Benjamin CLERC a pu être dégagé après 10 jours de total abandon (voir épilogue).

Vous avez choisi Mr le Maire une épreuve de force pour imposer votre projet alors même que celui-ci a de très fortes chances de ne pouvoir se réaliser (consultez à ce sujet votre promoteur avec qui, dès le mois de mars 2016 nous nous sommes entretenus …)

Vous avez systématiquement refusé tout dialogue, hormis un simulacre de participation à une réunion « opaque au possible » avec EDF EN.

Notre opposition au projet, n’est pas le fait , comme vous le prétendez, de quelques uns mais de l’ensemble unanime des 39 riverains et de la très large majorité des populations de toutes les communes impactées (notre pétition a recueilli sous ses différentes formes plus de 750 signatures), et même quelques équipes municipales qui ont voté une motion d’opposition.

De nombreuses associations sont à nos côtés et, comme dans l’immense majorité des projets éoliens qui bafouent l’environnement et le bien vivre des populations, nous continuerons à dénoncer les méthodes coercitives imposées pour l’implantation d’un projet que la population réprouve totalement.

L’association de Défense du Plateau d’Issarlès


 

Vous êtes libre de contacter directement la mairie pour leur donner votre avis sur leurs méthodes :

Adresse postal:

Mairie d’Issarlès
Le Village
07470 Issarlès

 

Adresse email :

mairie.issarles@orange.fr

 

Téléphone : 04 66 46 21 47


Epilogue : la solidarité du plateau et l’entraide entre voisins

Romain en tête de cortège au tractopelle
Romain en tête de cortège au tractopelle
Cyril à la lame
Cyril à la lame

Choqués par la situation intolérable dans laquelle la mairie a placé les habitants du hameau des Combes, c’est à dire en laissant la route bloquée pendant plus de 10 jours, deux agriculteurs que le maire pourrait qualifier de « locaux »,  « natifs du pays », ou encore  « gens de souche », sont venus avec des tracteurs pour dégager les congères et la neige qui s’était accumulée et que le redoux et la pluie avait fortement alourdie. Après avoir nourri leurs bêtes et procédé aux activités du matin, il se sont donnés rendez-vous à l’entrée de la voie communale qui descend au hameau et ont travaillé ensemble pour la déneiger, en prenant la peine d’écarter les congères afin d’éviter l’accumulation au prochain coup de burle.

En une demi-heure, le travail était fait, la route qui semblait impossible à ouvrir sans une fraise à neige d’après la commune, a été nettoyée avec des engins agricoles, les habitants ont pu sortir les voitures et aller remplir les placards en prévision du prochain coup de neige! Par les temps qui courent, mieux vaut avoir de la réserve.

C’est ainsi que, telle une fable de la Fontaine, les « locaux » et les « natifs » ont fait preuve de cette entraide que notre maire croyait disparue sur le plateau depuis l’arrivée d’internet. Dans un communiqué pour le rassurer, notre association a envoyé ces photos en mairie pour les rassurer sur l’existence de cette entraide et sur la santé des habitants du hameau après 10 jours bloqués dans la neige.

La belle équipe
La belle équipe solidaire

 

La division jusqu’au bout

Mais alors que nous pensions que le maire et son équipe seraient rassurés de voir un belle exemple d’entraide entre voisins sur le plateau, ce dernier envoyait un mail à M. CLERC du hameau des Combes, en mettant la gendarmerie en copie, le prenant à partie pour ce déneigement non autorisé par les autorités :

Bonjour Monsieur CLERC,

Comme suite à vos investigations concernant les opérations de déneigement dont vous me faites part dans le mail ci-dessous, je vous informe que les dégâts occasionnés à la voirie par des engins non adaptés seront à votre charge ou à celle des personnes qui ont assurer la prestation sans autorisation de la mairie .

Le Maire
Michel TESTUD

A ce stade, nous nous passerons même de commenter, un maire qui se dégage de ses responsabilités en laissant des routes à l’abandon et qui menace de faire payer des dégâts imaginaires (sur une route déjà complétement défoncée et non entretenue), quand les habitants se débrouillent entre-eux pour se dépanner. Chers habitants d’Issarlès, pensez à demander autorisation en mairie si vous deviez manier la pelle à neige sur la voie publique.

 

Facebookredditpinterest

Une réponse

  1. RODRIGUEZ
    | Répondre

    Mr le Maire a certainement passé du temps pour écrire ces 3 pages si pauvres en arguments !! Je pense que cela ne mérite aucune réponse si ce n’est que nous n’avons rien à craindre face à une telle réponse.

Répondre